Gilets jaunes ACTE 3

Gilet jaunes par LES REPUBLICAINS

Pourquoi autant de violence policière ?

Le samedi premier décembre les gilets jaunes ont répondu présent et se sont retrouvés nombreux partout en France.

A Paris, la situation a encore dégénéré, mais cette fois, c’est la police qui a tiré la première en gazant les manifestants dès neuf heure du matin alors qu’il n’y avait aucune violence du côté des gilets jaunes.

D’autres actes graves de la police ont été répertoriés sur l’ensemble de la France avec des tirs de flashball à hauteur de tête ( tir mortel ) engendrant des blessés graves et des morts.

Là, les policiers se sont lâchés en toute impunité et en toute illégalité, augmentant la colère de la population.

Colère d’autant plus légitime que ces actions indignes d’une police Républicaine se retrouvent en totale contradiction avec les actions menées contre les zadistes sur Nantes dernièrement.

Des zadistes qui occupent toujours illégalement le territoire de l’ex-nouvel aéroport de Nantes.

Comment la police Française peut expliquer qu’elle est plus violente face au Peuple légitimement en colère que face à des voyous dans l’illégalité ?

Qui a donné des ordres pour en arriver là ?

Autant nous pouvons comprendre la réaction de la police face aux casseurs en pleine activité, autant il est indigne de voir ses actions violentes face à des manifestants pacifiques.

Manipulation du média télévision

Les médias et principalement la télévision, ont relayés tous les jours les images de violence des gilets jaunes.

Et ces images ont tourné en boucle sur l’ensemble des chaînes de télévision pour bien montrer la violence du mouvement sur Paris.

Une action efficace, d’habitude, pour discréditer le mouvement aux yeux des Français : une vraie tentative de décrédibilisation par la télévision.

Face à cette réalité, une question vient naturellement à l’esprit : la télévision est-elle aux ordres du pouvoir ?

D’autre part, sont apparus des journalistes, des syndicalistes et des politiques de gauche ( surtout Mr MELENCHON ) pour réclamer le retour de l’ISF.

Une revendication qui n’a jamais été dans la bouche des gilets jaunes au départ.

Nous sommes là dans une véritable manipulation des médias qui tentent d’orienter les revendications des gilets jaunes.

Putch de l’idéologie gauchiste

Les gilets jaunes réclament une augmentation de leur pouvoir d’achat depuis le départ et laissent au gouvernement la responsabilité de son action.

La télévision a fait défiler ces derniers jours, toute une série de personnalités de gauche pour réclamer le retour de l’ISF et une augmentation du SMIC.

Les personnalités de Droite qui ont d’autres solutions à proposer ont été curieusement absentes des plateaux.

C’est bien là un véritable putch de la télévision qui s’est substituée aux gilets jaunes pour mettre en avant de vieilles recettes de la Gauche et des syndicats.

Nous vous rappelons que dés le départ, les revendications étaient très simples : augmentation du pouvoir d’achat et arrêt du racket fiscal.

Les gilets jaunes ont toujours affirmé qu’ils n’étaient pas là pour proposer des solutions.

Ils ont toujours affirmé que c’est au gouvernement de trouver les solutions pour résoudre le problème.

Malheureusement, ils ne sont pas des professionnels de la communication et beaucoup se sont laissés manipuler par les journalistes de la télévision.

Le tabou des médias

Par contre, il existe d’autres solutions pour arrêter le racket fiscal et redonner du pouvoir d’achat aux Français.

C’est la solution dont les médias ne veulent pas parler : faire des économies sur le train de vie de l’Etat et de la Fonction Publique.

Depuis plus de 40 ans, la Cour des Comptes ne cesse de rappeler que les fonctionnaires Français sont beaucoup trop nombreux et coûtent beaucoup trop cher au budget.

De nombreux rapports démontrent que les 600 plus hauts fonctionnaires ( majoritairement des énarques) se sont emparés du pouvoir et se servent grassement de l’argent public.

Ces mêmes hauts responsables qui ont gonflé les effectifs de leurs services depuis des années en embauchant toujours plus d’administratifs inutiles pour paraître plus puissants.

Il n’est pas question ici de policiers, d’infirmières ou d’enseignants, mais de simples administratifs qui représentent le gros des troupes.

LA SOLUTION

Des administratifs facilement remplaçables par une informatique performante : le privé l’a fait depuis des années.

Simplification administrative et optimisation informatique, voilà la solution

La France a 2.6 millions de fonctionnaires de trop en proportion par rapport à l’Allemagne, qui n’est pas un Etat sous administré.

Ce surplus nous coûte plus de 200 milliards de dépenses inutiles chaque année, 10% de dépenses publiques de plus que la moyenne européenne.

Largement de quoi résoudre les problèmes posés par le pouvoir d’achat, la compétitivité des entreprises et le remboursement de la dette.

Alors pourquoi ne pas le faire ?

D’abord parce que cela nécessite une réorganisation massive de l’Etat et une redéfinition des fonctions régaliennes : projet lourd et travail conséquent.

Ce travail ne pouvant pas être réalisé par les fonctionnaires, pour des raisons évidentes de conflits d’intérêts, mais par des acteurs extérieurs à la fonction publique.

Et ensuite, parce que les politiques ne veulent pas affronter les syndicats qui ne manqueront pas de se battre furieusement contre ce projet qui mettra à terre leur dernier bastion : la Fonction Publique.

 

Gilets jaunes, ne vous laissez pas manipuler ni infiltrer

LES REPUBLICAINS vous soutiennent

Pour le gouvernement MACRON, une seule solution : Restructurer l’Etat et faire des économies

Le Président des REPUBLICAINS

Jean-Marc SALLABERRY

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*