Le leader de la e-politique depuis

Quand ? après les OrdonnancesA l’heure où les Ordonnances sur le Travail pour améliorer l’emploi vont être publiées puis promulguées, il paraît nécessaire de rappeler quelques réalités simples :

  • la position extérieure nette (indicateur clé jamais cité) fin 2016 de la France est de – 350 milliards d’euros, celle de l’Allemagne de + 1.800 milliards d’euros (les 2 pays étaient à égalité en 2000 – 2003 avec environ + 150 milliards d’euros) soit un écart de 1 an de PIB en défaveur de la France en 15 ans…
  • … un exploit à saluer et à méditer !!!
  • Le solde de la balance du commerce extérieur au 1er semestre 2017, est en France de – 34,5 milliards d’euros, en Allemagne de + 122 milliards d’euros.
  • La part de l’industrie dans le PIB en 2016 est en France de 11%, en Allemagne de 23% (les 2 pays étaient à égalité en 1990) – sans industrie et économie puissantes, pas de puissance politique réelle.

  • la France est le pays de UE qui distribue le plus de dividendes aux actionnaires.
  • Pourquoi ?
  • Parce que l’économie française est la plus dépendante, contrôlée à + de 42% par les investisseurs étrangers qui, en retour, exigent des rendements élevés.
  • A faire fuir les riches, les talents et les entrepreneurs, nous avons les fonds de pensions anglo-saxons, arabes et autres.
  • Une réussite exceptionnelle des idéologues de la Gauche, des ayatollahs et des intégristes de l’égalité …
  • Le chômage à la fin du 1er semestre 2017 est en France entière de 9,5%, en Allemagne de 5,8% c’est-à-dire le plein emploi (les 2 pays étaient à égalité en 2009 / 2010 à 9%).
  • La population active par rapport à la population totale fin 2016 était en France d’environ 42%, en Allemagne de + de 50%.
  • La dépense publique en 2016 était en France de 57% du PIB, en Allemagne de 49% du PIB à périmètre égal, soit une charge supplémentaire de 8% ou + 165 milliards d’euros.
  • La dette publique au sens de Maastrich fin 2016 était en France de 97,5% du PIB, en Allemagne à 69,4 % du PIB revenant vers 60% un des 3 critères de Maastrich (les 2 pays étaient à égalité en 2010 à 82,40 % du PIB).
  • Le taux de pauvreté en % de la population fin 2016 était en France de 14,1%, en Allemagne de 15,7% à 17% selon les sources.
  • Pour ramener le taux allemand au taux français, il faut « seulement » de 5 à 15 milliards d’euros d’aides supplémentaires que le budget de l’Allemagne, en excédent continu depuis 2014, pourrait supporter … sans déséquilibrer les autres comptes.
  • La France est le seul pays avec une Loi des 35 Heures, appliquée avec un temps de travail effectif réel (en incluant les « absences » et autres congés « supplémentaires » de confort) de 33-34 heures dans le secteur public et parapublic peut être même moins,
  • impôts, charges, normes, paperasserie, etc, … à votre choix …

En regard de ces quelques réalités ordinaires, le débat sur les Ordonnances n’est pas, à l’évidence, à la hauteur, et apparaît surréaliste et en plein déni. Jusqu’à quand ?

Toutes les causes de cette « invisible » défaite économique et financière sont parfaitement connues depuis longtemps de tous les Gouvernements, des élites et des médias, responsables et coupables de cet échec historique, alors,

Quand ? …

Michel MERCIER – Président de l’Union Gaulliste pour la Démocratie